Mémoires d'outre-tombe au Père Lachaise

     Sis dans l'ancienne colline du Champs-L'Evèque entre Charonne et Ménilmontant, premier grand cimetière laïque, le Cimetière de l'Est Parisien est depuis 1804 le réceptacle des vies, des drames, des gloires et déboires que la mort et le marbre des gisants ont figé pour l'éternité. Se balader dans les artères du Père Lachaise est une leçon de vie vue sous le prisme de la mort. Véritable Cité des morts, elle est une ville en miniature vue par la lorgnette avec ses rues, ses enseignes (les épitaphes), ses hôtels particuliers (les mausolées), ses chapelles (les monuments aux morts, le mur des fédérés) et ses habitats collectifs (son columbarium).


    En quelques heures, vous retrouvez ses résidents parmi les plus célèbres : des romanciers et poètes (Balzac, Apollinaire, Oscar Wilde, La Fontaine, Molière...), des artistes (Delacroix, Ingres, Pissaro), des acteurs (le couple Montand-Signoret, Rachel), de grands musiciens (Chopin, Petrucciani, Morrison, Bashung, Piaf), des militaires (les généraux de l'Empire), des amoureux (Héloïse et Abélard), des occultistes (Allan Kardec, Bonne Maman), des morts héroïques ou pathétiques (Félix Faure, Victor Noir) et bien d'autres.


    C'est donc à un voyage par delà l'autre rive auquel je vous convie. Le Père Lachaise est une institution funéraire mais c'est aussi un monde bien vivant aussi, un havre de paix loin du vacarme parisien où parmi la faune et la flore, veufs et veuves, flâneurs désœuvrés, idolâtres, agalmatophiles et taphophiles font resurgir la mémoire de nos illustres ou méconnus aïeux.